Halte à l’autocratie du PNC !

Suite à l’équipement sans autorisation dans le Parc National des Calanques de petits sites d’escalade, des équipeurs ont été mis en demeure de remettre en état et déséquiper les secteurs concernés. De ce fait le CT13 FFME est intervenu auprès du directeur du Parc afin de lui demander de bien vouloir envisager de suspendre cette mesure. Si cette dernière est sur un plan purement administratif difficilement contestable au vu de la réglementation du Parc, le bon sens imposerait un peu plus de discernement.

 

En ce qui concerne le CT13 FFME, le problème actuel est bien l’application stricte des règlements qui régissent le PNC, celle-ci ayant pour effet de créer de nombreuses tensions.

 

En effet la présence d’un parc national dans une zone péri-urbaine nécessite un peu de souplesse et beaucoup de compréhension, or « la chasse » aux équipeurs qui s’est déroulée ces derniers mois n’a pas laissé beaucoup de place à l’empathie. Si sur le fond nous pouvons comprendre la nécessité de freiner la velléité des équipeurs, sur la forme cela peut se faire avec un peu plus de retenue, et la convocation de grimpeurs au commissariat de police nous semble un peu exagérée.

 

Sans vouloir remettre en cause les règles qui régissent le PNC, il nous semble que considérer l’ouverture de quelques voies d’escalade comme un délit à même titre qu’une construction illicite est « peut-être » un peu démesuré. La politique qui consiste à faire des exemples peut s’avérer efficace à court terme, mais à plus long terme conduit forcement à un extrémisme, toujours source de risques.

 

Pour en revenir aux divers cas récents « d’équipements sauvages », vu que « le soi-disant mal » est déjà fait, le CT13 pense qu’il serait judicieux de demander l’avis de la commission d’escalade créée par le Parc. En effet, si le secteur d’escalade incriminé présente un certain intérêt et que l’atteinte au milieu naturel est acceptable, peut être que le Directeur du PNC pourrait faire preuve d’une certaine indulgence et éviter ainsi un déséquipement de principe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *